La communauté italienne à New York

LITTLE ITALY
« Little Italy »: c’est le nom donné aux quartiers d’origine italienne dans le monde anglo-saxon (San Francisco, Ontario, Californie,…) ou francophone (« la Petite Italie » à Montréal au Québec). Les immigrants italiens se regroupaient dans des zones habitées exclusivement par eux, dans le but de s’aider réciproquement et de garder leurs traditions. Le phénomène des « Little Italy » n’existe pas en Amérique latine (même si certains quartiers ont concentré beaucoup d’immigrés italiens, comme « Palermo » à Buenos Aires); cela a été expliqué par une intégration plus facile aux populations locales, notamment grâce aux similitudes de langue (l’Italien est une langue latine comme l’espagnol et le portugais).
La plus grande des « Little Italy » se trouve à New-York. C’est celle que nous allons étudier. Il convient toutefois de préciser que ce quartier, aujourd’hui, n’est plus habité que par des Américains d’origine italienne! En effet depuis les années 1950, le population d’origine italienne a été complètement absorbée par la population new-yorkaise.
Localisation géographique
Image
Le quartier était auparavant délimité par les rues Elizabeth, Mott et Mulberry au nord de Canal Street, et s’étendait même au-delà. Au milieu du xxe siècle, la communauté italienne commença à se disperser vers d’autres quartiers ou banlieues, et Little Italy se rétrécit. Vers le sud, le quartier voisin de Chinatown s’est étendu considérablement, empiétant largement sur celui de la Petite Italie, lorsque l’immigration asiatique prit de l’ampleur. La zone nord, près de Houston Street, perdit également ses caractéristiques italiennes, pour devenir maintenant NoLiTa, un quartier sans style particulier, dont le nom est une abréviation de North of Little Italy. De nos jours, la section de Mulberry Street entre Broome Street et Canal Street est la plus caractéristique de Little Italy.
Carte:
Repères historiques
L’Italie est devenue une des principales terres d’émigration au XIXème et au XXème siècles.
On distingue traditionnellement deux grands périodes de l’émigration italienne:
– celle de la « Grande Emigration » de 1860 à 1930 environ: les Italiens partaient pour l’Amérique (du Nord et du Sud)
– celle de « l’émigration européenne » à partir des années 1950: le Itliens partaient pour l’Europe septentrionale (France,…).
L’émigration italienne à NY a donc été massive des années 1970 à 1930.
Causes de l’émigration vers l’Amérique:
La fête de San Gennaro, du nom du Saint Patron de Naples, est un grand festival de rue organisé chaque année à Little Italy, le long deMulberry Street. Les festivités durent onze jours, on y trouve des parades, des processions, des attractions diverses dont un concours de mangeurs de pâtes.
– Crise historique: l’unification italienne (1860) brise le système féodal: depuis le Moyen Âge et particulièrement dans le sud, les terres étaient la propriété inaliénable des aristocrates, des organisations religieuses ou du roi. La décomposition du féodalisme et la redistribution des terres ne permet pas aux petits agriculteurs de vivre de leur production. Beaucoup ne disposent que de toutes petites parcelles qu’il faut diviser au cours des successions patrimoniales.
– Crise économique: l’Italie ne produit pas suffisamment de denrées alimentaires. À partir de la fin des années 1880, l’Italie connaît notamment une grave période de crise caractérisée comme « les années les plus noires de l’économie italienne » par l’historien G. Luzzatto, provoquée par trois évènements majeurs :
La rupture commerciale avec la France
Une crise agricole (aggravée par la rupture précédente)
Une crise immobilière et bancaire.
– Crise sanitaire: en 1880, par le manque de programmation de plans d’aménagement des zones marécageuses, 600 000 personnes sont touchés par la malaria et dans les campagnes du nord la pellagre se développe, causée par la misère et la malnutrition provoquant 104 000 cas.
La fête de San Gennaro, du nom du Saint Patron de Naples, est un grand festival de rue organisé chaque année à Little Italy, le long deMulberry Street. Les festivités durent onze jours, on y trouve des parades, des processions, des attractions diverses dont un concours de mangeurs de pâtes.
Les Italiens quittent leur pays d’origine en espérant une vie meilleure ailleurs: il s’agit d’échapper à la misère.
Nourriture:

Image

Les linguine au pesto (source: wikipedia)
– On trouve de très nombreux restaurants italiens à NY (comme partout dans le monde); il existe aussi des restaurants plus particulièrement siciliens, napolitains,… Ces restaurants sont situés dans toute la ville de New-York et pas seulement dans la « Petite Italy », même si on trouve beaucoup de restaurants italiens là: le site est très touristique. Il existe en revanche des fabriques de pâtes fraîches exclusivement dans le Petite Italie.
Image
 
– Il est intéressant de remarquer que de nombreuses stars américaines d’origine italienne parlent de la « Petite Italy » new-yorkaise dans leurs oeuvres, et la nourriture italienne archétypique (pâtes, pizza, huile d’olive,…) semble être un symbole d’une « identité » ou du moins d’une culture italienne spécifique. C’est flagrant par exemple dans le clip de la chanson « Eh, eh » de Lady Gaga, tourné en 2009 dans la « petite Italy » new-yorkaise:
Culture:
La fête de San Gennaro, du nom du Saint Patron de Naples, est un grand festival de rue organisé chaque année à Little Italy, le long de Mulberry Street. Les festivités durent onze jours, on y trouve des parades, des processions, des attractions diverses dont un concours de mangeurs de pâtes.

La communauté hispanophone à New York

Localisation:
Plusieurs noms possibles du quartier le plus peuplé d’hispanophones (hispanohablantes, qui parlent espagnol) de NYC : East Harlem / Spanish Harlem / Harlem español / El barrio (« le quartier »).
Le Spanish Harlem s’étend de la rue 96 à la rue 125 au nord est de Manhattan.
Image
 
Quelques repères historiques :
Les immigrants hispanophones arrivèrent massivement surtout à partir de la fin de la Première Guerre Mondiale et s’établirent dans le quartier italien de NYC. Les vagues d’immigration d’hispanophones continuèrent, les Italiens partirent vers d’autres zones de la ville et la densité d’hispanophones continua d’augmenter.
Dans les années 60 y 70 le Spanish Harlem a connu une augmentation du taux de criminalité, avec des affrontemements communautaires, une forte consommation et vente de drogues ainsi que des problèmes sanitaires autour de la consommation d’eau non saine, de l’augmentation de malades du diabète par exemple.
Nourriture :
On trouve facilement de la nourriture aux saveurs latinoaméricaines dans ce quartier : paella, calamars frits (calamares), du lapin rôti (Conejo Asado), des poissons des Caraïbes à la sauce coco, des sauces épicées, du riz blanc (arroz blanco), des pois chiches (garbanzos), de la sangria équatorienne…
Culture :
El Barrio est largement connu pour la musique latino. Le Spanish Harlem Orchestra est un groupe de salsa actuel crée par Aaron Levinson et Oscar Hernandez. Le premier album s’intitule ‘Un gran dia en el Barrio’ à la gloire du quartier de NYC.
Le site du groupe Spanish Harlem Orchestra:  http://spanishharlemorchestra.net/
Niveau socio-économique de Spanish Harlem:
Le Spanish Harlem connait un fort pourcentage de désertion scolaire (fort taux d’absentéisme, mauvais niveau des élèves) ainsi que de violents incidents dans certaines écoles (certains établissements ont même installé des détecteurs de métaux à l’entrée pour filtrer les poches et sacs des élèves, le port d’arme étant aisé aux Etats-Unis).
Image
 L’école primaire Fenimore Cooper à El Barrio (source : http://en.wikipedia.org/wiki/File:J_Fenimore_Cooper_sch_jeh.JPG)

La communauté irlandaise à New York

Localisation : 
Aujourd’hui, la communauté irlandaise est répartie de façon plus ou moins homogène à New York. Cependant, historiquement, le quartier de Hell’s Kitchen à Manhattan est le lieu où se concentrait la communauté ouvrière d’origine irlandaise. A présent, la communauté irlandaise vit dans plusieurs quartiers de New York notamment dans le Queens (Rockaway, Woodside), à Brooklyn (Bay Ridge, Windsor Terrace) et à Staten Island (Randall Manor).
Image
 
Repères historiques :
De nombreux Irlandais quittent leur pays à la fin du XIXe siècle à cause de la grande famine. Ils s’installent à New York et deviennent l’une des communautés les plus importantes. En 1860, un tiers des New Yorkais est d’origine irlandaise. La plupart d’entre eux sont catholiques. D’après un recensement de 2000, 420 810 New Yorkais déclaraient avoir au moins un ancêtre irlandais.
Culture: 
L’un des symboles architecturaux de l’importance de la communauté irlandaise à New York est la cathédrale Saint Patrick. Elle est située en plein coeur de Manhattan, sur la cinquième avenue. La Saint Patrick est très célébrée à New York.
Image
La cathédrale Saint Patrick, à New York (source http://en.wikipedia.org/wiki/File:St._Patrick%27s_Cathedral,_New_York_City.jpg)
De nombreux films ont pour thème l’immigration irlandaise à New York, notamment Gangs of New York de Martin Scorsese (2002).
Le groupe irlandais The Pogues a également fait une chanson intitulé Fairytale of New York. Elle raconte l’histoire d’un immigré irlandais nostalgique de son passé, à la veille de Noël.
 
Caractéristiques socioéconomiques : 
Les premiers Irlandais à immigrer à New York sont poussés par des raisons socioéconomiques (les effets de la Grande Famine). Ils sont donc globalement assez pauvres. Cette pauvreté conduit au développement de la criminalité : de nombreux gangs ont pour membres des immigrés d’origine irlandaise (19th Street Gang, Dead Rabbits).
Aujourd’hui, les Irlandais jouent un rôle important dans la ville de New York, y compris dans les instances dirigeantes. De nombreux maires de la ville étaient d’origine irlandaise (James Duane, William O’Dwyer, Jimmy Walker). Ils sont également présents dans des institutions comme la police, les pompiers ou l’Eglise catholique.
 …
Quelques liens :
La chanson Fairytale of New York par The Pogues http://www.youtube.com/watch?v=NrAwK9juhhY
La bande annonce de Gangs of New York de Martin Scorsesehttp://www.youtube.com/watch?v=QRKx7hd3X9k

Une petite introduction sur l’histoire de l’immigration et l’arrivée des immigrants à Ellis Island

Image
Migrants arrivant à Ellis Island en 1900 (source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:EllisIsland1900.jpg)
Les Etats-Unis ont été fondés par des émigrants d’origine européenne: des colons espagnols, français, hollandais et surtout anglais jusqu’aux années 1660.
    Ils furent ensuite rejoins par des immigrants de multiples nationalités à partir des années 1680, notamment des Irlandais, Italiens, Chinois et Sud-Américains. Entre 1680 et 1760, les colonies britanniques passent d’une population de 250 000 à 2 millions d’habitants.
    Dans les années 1770, les colons se révoltent contre la métropole britannique et les Américains deviennent indépendants en 1776. L’immigration continue.
Image
Bâtiment principal de Ellis Island (source : http://en.wikipedia.org/wiki/File:Ellis_Island-27527.jpg)
       L’un des symboles de cette immigration est Ellis Island. Entre 1892 et 1954, cette ile abrite les services d’immigration américains et réceptionne les émigrés. Avant 1892, les voyageurs débarquent au sud de Manhattan, cependant, face aux plaintes des habitants, les autorités ont décidé de déplacer ce centre sur une ile afin de pouvoir isoler les migrants en attente d’être acceptés sur le sol américain et d’éviter les évasions.
 
Extrait de vidéo documentaire : 
 
    Entre 1892 et 1954 plus de 12 millions de migrants sont passés par le bureau d’immigration d’Ellis Island. Rien que pour l’année 1907,  1 004 756 immigrants sont arrivés à Ellis Island. Environ 2% de tous les migrants se virent refuser l’accès aux Etats-Unis à cause de leur état de santé ou de leur passé criminel. L’ile était même surnommée « the Island of Tears » ou « Heartbreak Island » en raison des séparations entraînées par le rejet de ces migrants après leur long voyage.
 
Vidéo sur you tube: arrivée des migrants italiens à Ellis Island (extrait de film):
 
    Depuis 1990, Ellis Island est devenue un musée: le musée national de l’histoire de l’immigration aux Etats-Unis.
 
Lien vers un site regroupant des photos prises à Ellis Island au début du XXè.